blabla
 
AccueilAccueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Prologue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karma
Admin


Messages : 340
Date d'inscription : 24/02/2017

MessageSujet: Prologue   Sam 25 Fév - 14:36




Again and again

I am an Hurricane
Are you insane like me ? Been in pain like me? Bought a hundred dollar bottle of champagne like me ? Just to pour that motherfucker down the drain like me ? Would you use your water bill to dry the stain like me ?

musique
263 lignes
Box d'Harmonia Dulce
Box de Speed Bullet Ousira
Box de Choctaw

EdenKyleFaithMonroeEthanMamanPapaJulianBarbara


Un seul mot résonnait dans ma tête avant mon départ pour Full Horse. Joy. J'aurai préféré oublier ce prénom d'ailleurs. Mais la joie a été tatoué à l'encre noire sur le coeur de chaque membre de ce que j'appelais avant famille. Désormais, on est plus que quatre personnes avec le même nom et des ressemblances physiques, avec la même peine à cause de la même personne mais en l'extériorisant différement. Quatre personnes détruites. Faith s'en était plutôt mal tirer. Maman et Papa aussi. Mais moi ? J'ai été celle qui en a le moins montré mais qui a le plus de mal à se relever. Alors même si je savais que ce n'était pas une bonne idée, j'ai pris les clefs de ma voiture et j'ai roulé jusqu'au cimetière ou repose Joy. Je ne la reverrais plus pendant un moment.

On essayait tous d'y aller le moins souvent possible, ou du moins de le faire croire aux autres. Mais on se croisait beaucoup trop souvent devant sa tombe pour croire à nos mensonges. Mais pour une fois, pas d'Edwards en vu. Je n'avais pas de fleurs. Pas ce jour-là mais j'avais besoin de me poser quelques minutes devant ce marbre sombre. Je nettoyais les fleurs dans les pots, enlevant les fanées.

- Joy... Ma belle et magnifique Joy. Tu sais ? Ton visage s'efface parfois dans ma tête. Alors je regarde une photo de toi pour me le rappeler. Est-ce que tu me ressemblerais aujourd'hui ?

J'aimais parler à sa dépouille. J'aimais parler dans le vent, devant son prénom gravé. Mais à chaque fois, les larmes montaient parce que c'était le seul endroit où je m'autorisais à me lâcher. Et je me retrouvais comme une conne à pleurer devant la joie. Enfin ce qu'il en restait.

- T'avais pas le droit de partir comme ça. T'avais pas le droit d'être la joie et le bonheur à la fois.

Et comme à chaque fois, je craquais. Joy était une partie de ma vie trop douloureuse. Elle représentait tous ce que je ne pouvais plus avoir. Comme une famille soudée, un vrai sourire. Et c'est pour cela que j'avais besoin de partir loin. Loin de cette ville où tout me rapelle la joie. Tout simplement loin. Et maintenant que même Kyle ne m'attachait plus à ma ville natale, j'avais toutes les raisons de partir.

Kyle... Je n'arrivais même plus à le regarder sans penser à tous ce qu'on a vécu. Et je n'arrive même plus à être sa meilleure amie. Autant avant, si on se séparait je pouvais redevenir son amie, autant maintenant ce n'était pas possible. Et je crois que je n'arriverais jamais à passer au dessus du fait qu'il m'est trompé. Il peut avoir toutes les excuses qu'il veut, oui il était en soirée, oui il avait bu et fumer autre chose que des clopes, mais il m'avait trompé. Et on peut être bourré ou défoncé, si on aime une personne de tout son coeur, on ne va pas coucher avec une autre. Alors Kyle était peut être le seul que je n'ai jamais aimé autant, je ne peux tout simplement pas lui pardonner.

Est-ce qu'il ne l'a pas fait avant ? Est-ce que ce n'était pas pour ses raisons là que parfois on se séparait quand il me disait qu'il aimerait réfléchir sur notre relation parce que ça le pertubait d'être à la fois sa meilleure amie mais aussi sa copine ? Je devenais folle. Je doutais désormais de toute notre histoire. Si il l'a fait à cette soirée ou j'avais réussi à être au courant qui me dit que ce n'est que la première fois qu'il me trompe ?

Je finis par rentrer chez moi. Enfin, non, pas vraiment. Chez ma mère. Parce qu'après m'être séparée de Kyle, j'ai pris toutes mes affaires et je me suis installée dans la chambre libre de chez elle. Kyle pouvait bien garder notre appartement, j'en avais plus rien à faire.

En partant de notre appart, j'avais laissé quand même un beau bordel. J'avais en premier rangé mes affaires dans des cartons que j'avais mis dans ma voiture. Maquillage, produit beauté, vêtements, livres, j'avais même pris l'ordinateur, la tablette et la télévision. Il m'a trompé alors je peux bien lui prendre tous ça. Premier aller-retour de l'appartement jusqu'à la maison de Maman. Puis j'y suis retournée pour me défouler. D'abord, j'ai vidé son armoire et enlevé les tiroirs de la commode. Ensuite, j'ai balancé ses parfums à travers la chambre et vidé ses produits sur les draps et le matelas. J'ai déchiré certains de ses vêtements, les plus chèrs sont passés en premiers évidemment. J'ai fait des confettis avec nos photos et ses livres, travaux et devoirs qu'il avait à faire pour ses études.

En temps normal, je n'étais pas méchante. Mais je pouvais devenir le diable en personne si on me blessait. Et là, Kyle avait cherché.

Je l'avais ensuite attendu sur le canapé, mangeant un pot de glace au chocolat, m'amusant à en mettre partout. Le tapis et le canapé ont été le plus touché. Quand il est rentré, j'ai pris mon plus beau sourire. Ses yeux se sont arrondis comme deux soucoupes et sa tête s'est décomposée. Kyle a enfin poser le regard sur moi, choqué par ce que j'ai fait. Je me suis levée lui balançant à la figure le pot de glace.

- T'es folle ma pauv' fille!

J'ai rigolé. C'était un rire mauvais. Je crois que Kyle a été le seul à voir cette facette là de ma personne. Du chocolat lui dégoulinait du visage. Il s'essuya avec son haut blanc. Mais même avec de la glace fondue partout, il restait magnifique. Mais c'est un connard, un salop, un abruti et tous ce que vous voulez utiliser comme insulte pour le décrire. Mon amour pour lui s'était transformé en haine. Et il l'avait bien compris.

- Bon mon amour, je te laisse finir de découvrir la nouvelle décoration de ton bel appartement. Je me faisais un peu chier aujourd'hui, et j'ai eu le temps de penser à la déco cette nuit quand tu étais avec ta pouffiasse.

Je suis sortie en souriant. J'ai claqué la porte tellement fort que j'ai sursauté, et j'ai senti les murs trembler. J'ai descendu les escaliers avec rage, menaçant à tout moment d'exploser en sanglot. Je me suis engouffrée dans ma voiture, roulant le plus vite possible, autant que mon auto me le permet, jusque chez Maman. J'ai finit en pleure dans ses bras, et elle m'a donné un pot de glace au chocolat pour me remonter le moral. C'était la période ou j'ai le plus mangé de glace au chocolat de toute ma vie.

Deux mois que je n'étais plus avec Kyle. Deux mois que je préparais mon départ. Ma mère était au courant, elle était d'accord et voulait même payer une partie des études. Mon père était au courant, mais il était plus grognon quand on en parlait. Il ne voulait pas que son Eden parte loin. Faith m'a juste dit de faire ce que je voulais, parce que si je ne le faisais pas, plus tard je risquerai de le regretter. Alors j'ai rempli tous les dossiers d'inscriptions, j'allais à Full Horse. Mais j'avais un autre problème. C'était peut être des études mais si ça ne marchait pas pour moi, je ne pouvais pas lâcher mes études de langues. Donc j'ai fait en sorte de tout recevoir à Full Horse. En plus, je pourrai pratiquer souvent puisque cette école d'équitation était nomade.

De ma petite-ville des Etats-Unis, j'ai reservé un billet d'avion pour la Nouvelle-Zélande. Il fallait d'abord que j'aille jusqu'à la grande ville la plus proche, donc Washington, et que je prenne l'avion. Je n'étais pas fan des avions. J'avais peur qu'il y ait un fou furieux qui ait amené une bombe avec lui. Ou bien qu'il détourne l'avion. Ou alors un nuage d'oiseau qui rentre dans les réacteurs. Ou tout un tas de problèmes qui expliquent les crash d'avions de nos jours. Je croisais les doigts pour que le pilote ne soit pas suicidaire et que le co-pilote n'ait pas envie d'aller au toilettes.

J'avais embrassé fort ma famille avant d'aller me faire enregistrer. Papa m'avait donné assez d'argent si j'avais un problème pour le surplus de valise. J'en avais donc donné une partie parce que je partais un peu avec toute ma vie sur moi. Vêtement, chaussure, affaire d'équitation, ordinateur, maquillage... Et tous le reste.

Kyle était venu me voir une semaine avant que je parte. Il voulait récupérer la télévision et l'ordinateur. Je lui ai rendu la télévision en la faisant -accidentellement- tombée par terre. Donc il n'avait plus de télévision désormais. Pour l'ordinateur, il pouvait toujours se brosser. Ça coute chère, et j'en avais besoin d'un. J'avais été quand même gentille en lui rendant sur une clé usb tous ce qui lui appartenait. J'avoue, j'ai parfois supprimer des paragraphes entiers de ses devoirs. Mais ça, je ne lui avais pas dit. Il s'était excusé, m'a dit qu'il m'aimé mais qu'il avait mal digéré le bordel que j'avais fait à l'appartement.

- Si tu m'aimais vraiment de tout ton coeur, tu ne m'aurais pas trompé, lui ai-je répondu la tête haute.

En vérité, mon moral était dans mes chaussettes, j'avais pris quatre kilos parce que Maman n'arrêtait pas de remplir le bac à glace quand je le vidais. Mais je ne voulais pas lui montrer que j'allais mal. Alors je lui crachai ma fierté au visage. Parce qu'elle m'empêchait de me mettre à pleurer et de le supplier de me pardonner pour l'appartement mis sans dessus-dessous et de me reprendre. Je suis amoureuse, j'en serai capable.

Il a appris que je partais. Il m'a alors demandé si j'étais sûre de bien vouloir faire ça, d'abandonner mes amis ici, ma vie, mes études, ma famille et Joy. Parce qu'il savait très bien que tout ce qui se rapprochait de Joy me perturbait beaucoup plus que le reste. Sauf que si je partais, c'était pour m'éloigner de souvenir de Joy. Pas l'oublier, mais faire en sorte qu'elle soit moins présente dans mes pensées. Alors j'ai hoché la tête.

- Plus loin je serais de toi, mieux ça ira pour moi.

Il a tiré une sale tête. Je lui au fermé la porte au nez. Ça a été notre dernière discussion jusqu'à ce jour. Je regrette quand même d'être resté sur ces mots. Mais il m'a fait tellement de mal que je ne peux pas lui pardonner. Pas pour le moment en tout cas.

Le trajet en avion s'est plutôt bien passé. J'avais de la chance, j'étais côté hublot. J'ai pris des photos avec mon portable des nuages, des villes de nuit, de tout. Le pilote n'était pas suicidaire. L'avion s'est posé, on est sorti. J'ai un peu eu du mal à trouver la sortie de l'aéroport, mais après quarante minutes, j'ai eu le droit de respirer l'air de Dunedin. Oui, j'ai mis une vingtaine de minutes à attendre ma valise, et encore une vingtaine pour sortir.

J'ai pris un taxi qui m'a amené jusqu'à une agence de location de voiture. J'ai besoin de me promener et surtout d'avoir de l'autonomie. Non, parce que prendre le taxi tous les jours, ça risque de me taper légèrement sur le système. J'ai loué une mini, pas mon style de voiture, je préfère une golf ou une polo, mais l'agence ne louait pas ses modèles. Et la moins chères, dans un état potable était la mini. C'est pas non plus horrible, puis c'est passe partout aussi. En option, j'ai demandé un GPS, parce que je n'ai aucun sens de l'orientation. Et qu'il fallait que je trouve Full Horse.

Finalement, je n'ai pas mis si longtemps que ça à trouver l'écurie nomade. Je me suis garée et avant de sortir et de me confronter au temps froid, parce que je voyais bien qu'il ne faisait que 13°C, j'ai sorti une veste grise d'une des valises que j'ai mis sur la banquette arrière et la monte pour couvrir le cou. Maman me dit toujours de le couvrir. Ça me fait sourire de penser à elle.

Je composais le numéro de Faith, parce qu'elle est la seul à avoir un forfait international et que je ne veux pas que Papa et Maman aient du hors forfait. Je lui annonce alors que je suis bien arrivée, mais qu'il fait beaucoup plus froid qu'aux Etats-Unis. Je l'entendais rire doucement. Elle me promet de prévenir Papa et Maman avant de raccrocher. De toute façon, je les appelerai grâce à skype ce soir. C'est pratique skype dans ces moments là. Il suffit d'avoir internet et pouf, la magie opère.

Je finis pas sortir de la mini. Je frissonais, l'air frais me saisissait. J'enfonçais mon menton dans ma veste avant de sortir certaines de mes valises. Premier voyage jusqu'au manoir, puis un second et enfin un dernier. La chambre Magnolia. Il y a huit lits, dont trois de pris. Je m'installais sur celui qui me semble le mieux placé dans ceux de libres. Tous le monde fait ça, donc pourquoi pas moi ? Je me laisse tomber sur le matelas, j'ai choisi le lit qui est collé contre un mur, dans un coin. Je regardais autour de moi, des armoires pour chacun. Et aussi une commode.

Je soufflais, parce que clairement, j'ai pas envie de ranger mes affaires. Mais quand on doit le faire, autant ne pas traîner. Je défaits la première valise, affaire d'été. Le truc, c'est qu'ici l'été n'a pas l'air d'être prêts d'arriver. Je remplis alors les tiroirs de la commode les plus bas. Je fais la seconde qui sont les sous vêtements, puis accessoires. Puis vient celle des habits d'hivers. Je sors mes vestes que je pends et enfin les affaires d'équitation. Je pose l'ordinateur sur le lit et branche mon téléphone rapidement. Dans la table de chevet, il y a un carnet avec le plan de l'écurie, tous ce qu'on peut visiter aux alentours, un code wifi. Je le rentre dans mon ordinateur.

J'ai fais un tour du site de Full Horse. Je n'ai pas de cheval qui m'appartient, mais je ne veux pas changer tous les jours de montures comme je faisais quand j'étais en club. On a pas le temps de nouer une relation avec l'animal. Alors j'ai pris la troisième solution que propose l'écurie, la demi-pension. Ce qui est bien, c'est que sur le site, il y a une page complète avec tous les chevaux disponible à la demi-pension. Même les chevaux d'élevage disponible. Et j'ai craqué sur une jument. Harmonia Dulce.

C'est beau, Harmonie Douce. Je suis alors allée dans le bureau du directeur pour l'avoir. On a signé plusieurs papiers, j'ai fait la rencontre de la belle qui était dans un paddock. Et j'ai encore plus craqué.

Jolie alezane selle française, elle a tout pour plaire. J'ai tout de suite compris que c'était une gourmande quand elle a commencé à donner de léger coup de tête contre moi en cherchant quelque chose. J'ai rigolé doucement avant de culpabiliser.

- Désolé ma belle, j'ai tout laissé dans ma chambre. Si tu veux, je vais chercher tous mon matériel et on va faire connaissance ?

J'ai souris, parce qu'elle ne peut pas me répondre. Alors je me suis reculée et j'ai fait en sorte d'être la plus rapide possible pour aller chercher ma boîte de pansage avec le matériel dedans et les friandises. J'ai changé mes chaussures, laissant mes petites baskets contre des boots en cuir que j'ai acheté pour l'équitation. Et je suis redescendue rapidement, attrapant au passage mon licol pour attraper Harmonia Dulce.

La jument n'avait d'ailleurs pas bougé. Je lui ai souris et j'ai sorti une friandises que l'alezane a bien vite avalé. J'ai ris, parce qu'elle m'avait chatouillé la paume de main en attrapant le bonbon. Parfois, je suis vraiment une enfant.

Full Horse me changeait. C'est fou. Je me sentais libre de mes mouvements, il n'y a plus l'ombre de Joy pour me faire descendre de mon petit nuage.

J'ai passé le licol autour de sa jolie tête en laissant glisser mes doigts sur sa liste blanche. Je l'ai sorti du paddock et je l'ai amené jusqu'à un mur où il y a les anneaux d'attaches. J'ai fait un noeud, de sécurité, mon galop 3 me sert à ce moment là. J'ouvre la boîte de pansage et sort d'abord le cure-pied. Je prends les sabots avant de la jument, elle me laisse la manipuler sans rien dire. Elle ferme les yeux, elle a l'air aimé d'être chouchouté. Je chantonnais doucement, plusieurs chansons, sans aucun rapport les unes aux autres. Je continuais avec l'étrille, et je me suis mis à lui parler de moi. J'ai raconté mon enfance, mes années d'équitation. Je lui ai parlé de Faith, de ma mère et mon père. J'ai même parlé de Joy. Je ne sais pas pourquoi, j'avais besoin de parler peut être. J'ai raconté aussi mon histoire d'amour bencale avec Kyle, nos séparations, mes doutes, l'appartement massacré. Et aussi du fait que je l'aimais de tous mon coeur malgré tous.

Harmonia Dulce, que je nommerai maintenant Dulce, m'a écouté, ou alors elle dormait. Mais elle n'a pas bronché. Ni quand j'ai commencé à déméler les noeuds dans sa crinière. Elle se laissait faire et je savais que j'allais bien m'entendre avec elle. En tout cas, si Dulce était comme ça en selle aussi. Je suis bien contente d'avoir trouvé cette jument. L'harmonie douce avec le jardin du paradis, on ne pouvait que faire un bon mélange ?

J'ai finis de la bichonner, je lui ai donné une autre friandise et je l'ai remercié de m'avoir écouté si longtemps. Je regardais le ciel et remarquais alors que le soleil déclinait. Je détachais la jument avant de la ramener dans son paddock.

- Je viendrai te voir demain ma belle.

Je caressais rapidement son chanfrein avant de lui enlever le licol. Elle me regarde quelques secondes avant de tourner la tête et de partir vers le foin et de manger calmement. Je la regarde faire, parce que clairement, elle me fait penser à autre chose. Je souriais bêtement. Oui, c'est le mot. Mais quand je sentis que l'air se rafraichissait encore plus, je décidais de me rentrer au chaud.

Un petit détour dans la cuisine, manger faisait parti de mes principes premier et je finissais ma journée dans mon lit, ordinateur sur les genoux en appel skype avec Papa et Maman. Spécialement pour l'occasion, ils ont décidé de se retrouver tous, donc le nouveau copain de Maman, et le fils et la femme de Papa. Heureusement qu'ils sont restés en bons termes, parce que je n'aurais pas supporter d'être entre les deux en plus de toutes les merdes qui nous sont arrivées.

Et je compris que j'avais fait le bon choix. Je ne regretterais pas d'avoir laissé l'ombre de Joy là-bas. Parce que moi, je respirais mieux désormais.

Joy était peut être la joie, mais j'allais prouver au monde entier qu'elle n'était pas le bonheur. Je n'allais pas lui laisser ce plaisir.

BesidetheCrocodile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://testkarma.forumactif.com
 
Prologue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [PS3] Gran Turismo 5 Prologue
» [Prologue à La Tempête : Covenants] Le départ
» [Prologue à La Tempête : humains] L'escale
» [Vidéo] Boutique Bionifigs : Prologue
» Prologue : Rotterdam - Rotterdam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Testkarma :: RP :: FH-
Sauter vers: